Histoire & faits marquants

Did You KnowLe saviez-vous ? Eclair, fondé en 1907, a commencé à produire des courts-métrages en France et aux Etats-Unis dès 1912, parmi lesquels l’une des premières versions au cinéma du grand classique Robin des Bois.

Découvrez ci-dessous ce qui fait notre singularité et nous rend aussi fiers de notre histoire.

22 avril 1907

Face à la croissance exponentielle de l’industrie du cinéma, l’avocat Charles Jourjon s’associe au pionnier du cinéma Ambroise Parnaland pour fonder la Société Française des Films l’Eclair. 

Juillet 1907

Achat de la propriété de Lacepède à Épinay-sur-Seine, lieu idéal pour le tournage de films. En l’espace de 5 ans, Eclair devient le troisième plus important producteur de films, juste derrière les illustres pionniers Pathé et Gaumont.     

1911

Ouverture de studios et d’un laboratoire Eclair aux Etats-Unis à Fort Lee dans le New Jersey, qui était la capitale du cinéma américain avant Hollywood, avec à leur tête Etienne Arnaud, auparavant chez Gaumont.  

1911

Après être passé par Gaumont et Pathé, Emile Cohl, le père de l’animation, rejoint Eclair USA. 

1913

Automatisation du laboratoire et mécanisation du processus de colorisation des pellicules, sous la direction technique de Georges Maurice (breveté par un ancien ingénieur Pathé, Jean Méry).

1913

Les studios Éclair de Fort Lee sont ravagés par un incendie. 

1914

A l’aube de la Première guerre mondiale, l’armée réquisitionne les studios et mobilise tous les hommes valides. La Section cinématographique de l’Armée naît en 1915 grâce aux efforts du Lieutenant Jean-Louis Croze, critique littéraire dans la vie civile. Seules quatre sociétés de production, Pathé, Gaumont, Eclair et Eclipse reçoivent l’autorisation de “filmer la guerre”. 

1917

Eclair se trouve dans une situation financière compliquée. Charles Jourjon arrive à convaincre le comité de direction de placer le sauvetage de l’entreprise entre les “mains amicales” de l’exploitant Serge Sandberg et du distributeur et importateur de film Louis Aubert.

1918

Charles Jourjon et Serge Sandberg s’allient pour monter une nouvelle société et écartent Louis Aubert en avril 1919. Les possessions d’Eclair sont léguées à la S.I.C. (Société Industrielle Cinématographique), un revendeur agréé Eclair. 

1918

L’orchestre Pasdeloup, fondé par Serge Sandberg, est engagé par les Studios Tobis d’Epinay pour enregistrer des musiques d’accompagnement de films, qui sont projetés sur un écran devant le chef d’orchestre.

1919

Ouverture d’un troisième studio et commercialisation de la célèbre caméra "Caméréclair", brevetée par Jean Méry. Financement de films tournés à Nice, dont les œuvres de Louis Nalpa et les productions de la Société des Cinéromans dirigée par René Navarre. 

1921

Les studios Eclair sont loués à des productions indépendantes. Face à la trop petite taille de leurs studios à Montreuil, la société Albatros d’Alexandre Kamenka fait tourner chez Eclair les films de Jean Epstein, Jacques Feyder, René Clair et Marcel L’Herbier, avec des décors de Lazare Meerson. 

1922-1928

Derniers films de fiction produits par Eclair, à l’exception de l’hebdomadaire Eclair Journal de Charles Jourjon. En 1930, Serge Sandberg vend ses parts de l’entreprise à Charles Jourjon tout en conservant les anciens studios Menchen de la rue du Mont. 

1929

Le dernier film muet, "Napoléon à Sainte-Hélène", est tourné à Berlin, réalisé par Lupu Pick et distribué par Louis Aubert.

1932

Suivant une recommandation faite par Charles Jourjon quatre ans plus tôt, Jean Méry ajoute l’enregistrement sonore aux fonctions de la Caméréclair et envoie des caméramans filmer des évènements sportifs et politiques pour le Journal Eclair, désormais sonore. 

1934

Mort de Charles Jourjon, fondateur d’Eclair. Son gendre Jacques Mathot, diplômé de l’Ecole Louis Lumière, lui succède. 

1940-1944

Malgré l’occupation allemande et la pénurie de pellicule, les tournages continuent à Épinay-sur-Seine, notamment celui de Croisières Sidérales d’André Zwobada et des premiers long-métrages de Claude Autant-Lara (Douce) et de Robert Bresson (Les dames du Bois de Boulogne). Le Journal Eclair devient un outil de propagande. 

Après-guerre

Premiers films en couleur (Agfacolor 1932 et Eastmancolor 1950) grâce au travail de l’ingénieur Jean Thérus qui prend les commandes d’Eclair. 

1945

Avec l’aide d’André Coutant, Jacques Mathot invente une nouvelle caméra, la Caméflex, dont Jean Cocteau disait qu’elle était "le rêve pour nous autres qui sommes un œil indiscret". 

Fin des années 50

Naissance de la Nouvelle-Vague française. Les Cousins et Le Beau Serge de Claude Chabrol, Les Quatre Cent Coups de François Truffaut et A Bout de Souffle de Jean-Luc Godard peuvent être tournés hors de l’espace confiné d’un studio grâce à la légèreté des caméras épaule Eclair et une pellicule hypersensible ne nécessitant pas l’éclairage maîtrisé d’un studio.  

1971

Mort de Jacques Mathot. Son gendre Philippe Dormoy lui succède. 

Années 70

Avec l’évolution de la télévision, Eclair crée une branche Diffusion pour répondre aux besoins croissants des nouvelles chaînes de télévision.

Années 80

Dix ans plus tard, face à l’explosion du marché de la vidéo, Eclair lance un département de copie de cassettes (VHS) et devient un éditeur de vidéo. 

1988

Eclair s’associe au laboratoire de postproduction Télétota et Telcipro pour former le groupe Tectis. 

Années 90

Bertrand Dormoy succède à son père à la tête d’Eclair jusqu’en 2005. Continuant à suivre la politique de soutien aux jeunes producteurs et réalisateurs, il engage le jeune Luc Besson comme stagiaire et, après que Besson a fondé sa propre société de production, l’aide à produire son premier film Le Dernier Combat. Eclair est le premier laboratoire de copies “série” en France.

Années 2000

Eclair s’attèle à la mise en place d’une chaîne de post-production complète. Son laboratoire digital (étalonnage, chaîne de production de traitement des images HD et 4K, restauration, etc.) est l’un des plus grands d’Europe. 

31 juillet 2015

Eclair est intégré au Groupe Ymagis. Toutes les activités d’Epinay-sur-Seine sont relocalisées dans les locaux de la société en banlieue sud de Paris, à Vanves. 

Juillet 2016

Lancement de la technologie EclairColor HDR (High Dynamic Range) et dépôt de brevet en France, en Union Européenne et aux Etats-Unis.